Mon 23rd January 2017 - 15:46

Projet JoyAR: Augmenter la réalité de l’apprentissage des adultes

La réalité augmentée est une technologie dans laquelle des images générées par ordinateur sont superposées à des objets afin de leur apporter une nouvelle dimension.

Ces images améliorent ou augmentent ce qui est déjà là. Les possibilités que représente cette technologie pour l’enseignement n’ont commencé à être explorées que récemment. Jusqu’à présent, on s’est attelé à introduire la réalité augmentée dans l’enseignement primaire et secondaire, mais cette technologie est encore peu présente dans l’enseignement destiné aux adultes.

C’est pourquoi OEE a rencontré Lukáš Richterek, coordinateur du projet JoyAR. Le projet JoyAR vise à examiner la manière dont la réalité augmentée peut être utilisée en vue de créer des environnements d’enseignement et de formation pour adultes agréables.

Pouvez-vous nous parler un peu de vous?

Je suis assistant chargé de cours à l’université Palacký d’Olomouc, dans le département de physique expérimentale de la faculté des Sciences. Je m’intéresse à la formation des futurs professeurs de physique. Ce que j’aime dans mon travail, c’est sa variété. Chaque jour est différent et j’aime beaucoup ça.

Pourquoi est-il important de soutenir l’apprentissage par projets?

À mon sens, il est important de soutenir cet apprentissage car plus j’enseigne, plus je me rends compte qu’il est essentiel que les apprenants jouent un rôle actif. Notre projet peut constituer une grande source d’inspiration. Acquérir des expériences permet en effet de développer de nouvelles compétences.

Pouvez-vous nous parler de la mise en œuvre du projet JoyAR?

Nous avons commencé par effectuer des études de cas afin de mieux comprendre les différentes applications de la réalité augmentée à travers le monde. Ces études de cas portaient sur un large éventail de sujets, qui allaient de l’utilisation de la réalité augmentée dans l’enseignement de la découpe et du fraisage à son utilisation dans la dendrologie et l’enseignement actif du magnétisme. Nous avons ensuite organisé un séminaire très utile d’un week-end lors duquel nous avons appris à réaliser des modèles 3D simples en utilisant un logiciel appelé SketchUp.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées au cours de ce projet?

Comme dans tout projet, nous avons rencontré quelques difficultés. La plus grande d’entre elles fut que, parmi les neuf partenaires qui travaillent sur le projet, seuls deux d’entre eux disposaient d’une expérience dans le domaine de la réalité augmentée et de son utilisation dans l’enseignement. Les sept autres ont dû apprendre rapidement ce qu’était la réalité augmentée et comment créer des modèles 3D simples. Acquérir ces compétences et ces connaissances en peu de temps a constitué un véritable défi.

Quels ont été les résultats du projet? Qu’avez-vous appris grâce à ce projet?

L’un des principaux résultats de ce projet est le Livre interactif JoyAR. Le but de ce livre est d’informer les prestataires de formations pour adultes sur l’utilisation de la réalité augmentée dans l’enseignement. Ce livre comprend des démos et des liens vers des modèles 3D téléchargeables.

Nous avons également publié des bonnes pratiques et un rapport d’analyse statistique sur l’impact de la réalité augmentée sur les apprenants adultes, ainsi qu’une liste de plus de 30 liens utiles permettant d’utiliser la réalité augmentée dans l’enseignement.

Selon moi, l’une des plus belles réussites a été de recevoir une évaluation et des retours positifs de nos apprenants. Ce projet m’a apporté beaucoup de choses; j’ai appris comment construire des modèles 3D, comment les changer en une réalité augmentée interactive, et comment inclure ces modèles dans les cours et les séminaires. J’ai aimé apprendre de partenaires plus aguerris.

En qualité de coordinateur, j’ai acquis des compétences exceptionnelles comme la modération de discussions et l’atténuation des malentendus. Je suis particulièrement reconnaissant envers deux collègues de notre comité directeur pour tous leurs conseils et pour leur aide.

Je n’oublierai jamais les réunions de travail productives et l’atmosphère de coopération fructueuse.

Organisation coordinatrice:
Aide linguistique